Avatar : l’encyclopédie de Huginn & Muninn, voyage dans le monde des Na’vi

Aujourd’hui Three Mothers Films revient pour parler encore une fois d’Avatar, la voie de l’eau, non pas du film en lui-même mais plutôt de la fabuleuse encyclopédie parue aux éditions Huginn & Muninn en 2022. Les fans du deuxième film et de la saga en général peuvent se réjouir étant donné qu’il s’agit ici d’un merveilleux ouvrage à placer dans sa bibliothèque de cinéphile. Commençant par une préface de Sigourney Weaver, on se rend vite compte que l’encyclopédie est à la hauteur des attentes des fans de la saga Avatar. Tout d’abord, il est utile de préciser que l’ouvrage en lui-même est magnifique, à l’image de l’ensemble du catalogue de Huginn & Muninn. On navigue de manière fluide entre les 130 pages de ce petit bijou richement illustré et avec une profusion de détails plus que complets. Loin d’être une encyclopédie basique qui se contente juste de nous raconter des détails de tournages de films ou bien de résumer l’ensemble de l’œuvre, Huginn & Muninn fait le choix de s’entourer de l’équipe du film pour peaufiner sa rédaction. Ainsi on se retrouve face à un livre qui constitue le must have pour tous les fans de Na'vi. Au travers de la lecture, on découvre (voir on redécouvre pour certain·e·s) le monde complexe et fourni de James Cameron, en 7 chapitres qui proposent d'apporter de nombreuses connaissances sur la famille Sully, le clan Omatikaya, la RDA, le programme Recom , le clan Metkayina et bien d’autres.

Politique & Religion : cinéma, polémique et censure

Les éditions LettMotif nous offre Politique & Religion (de la collection Darkness, censure et cinéma sous la direction de Christophe Triollet), un format de poche qui révise les liens inhérents entre la politique et le septième art ainsi que les nombreuses interdictions imposées aux contenus audiovisuels selon les pays et les cultures qui les diffusent. Comme pour Sexe & Déviances, Politique & Religion possède une dimension purement analytique, historique, juridique et culturelle de cette censure politique et religieuse. La politique et le cinéma sont intimement liés depuis que les industriels et le gouvernement ont vu dans le "cinoche" à la fois des bénéfices économiques réalisés sous forme d'événements et de divertissements grand public, ainsi qu'un avantage culturel en tant que passeur de messages et outil de propagande. Technique de communication hors pair, le cinéma se dévoile être un formidable moyen de déplacer les foules. Des pouvoirs publics aux institutions religieuses en passant par les lobbies et les entreprises, le cinéma intéresse de par sa capacité à transmettre, sous forme d'images des idées et des sensations. Le septième art se retrouve ainsi rapidement placé sous la tutelle de l'État, sous l'influence considérable des religions, ces institutions dites "sacrées" dans de nombreux pays qui édictent ce qui est moral et ce qui ne l'est pas.

Guillermo del Toro, enchanteur du cinéma, un livre de Ian Nathan aux Éditions Huginn et Muninn

Dans ce beau livre empli de photos et d’images, l’auteur anglais nous présente les œuvres de Guillermo del Toro par ordre chronologique, chacune d’elle constituant un chapitre et une thématique du livre, comme si nous suivions la vie du réalisateur mexicain en mettant notamment en avant les liens qui ont pu exister entre tous ses films en matière d’expériences vécues, de processus mental et créatif. On y ressent la joie et les peines vécues par le réalisateur, ses envies réalisées ou déçues, ses traumatismes et ses joies, son affrontement avec le Hollywood des financeurs et des producteurs véreux, son amour pour le cinéma de genre, pour les monstres, les laissé·e·s pour compte, les parias. Les lecteurs et lectrices y découvrent Bleak House, le manoir que del Toro a acquis grâce au succès au box-office de Blade II, une sorte de gigantesque cabinet de curiosités, plein de maquettes, de storyboard, de scripts issus de ses films, une tête gigantesque de Boris Karloff, une statue grandeur nature de H.P.  Lovecraft, l’écrivain de Providence, une immense bibliothèque, bref un hymne à l’imaginaire et au fantastique, à l'image de toute la filmographie de Guillermo del Toro.

Atom n°17 – Le Manga d’horreur [Unboxing]

Cet Atom "spécial horreur" nous plonge dans l'univers si particulier du manga d'horreur et de ses maîtres mangaka. Des origines du genre que l'on peut remonter jusqu'aux kamishibai (sorte de théâtre portatif d'images en diapositives dont le récit était conté par des artistes de rue) jusqu'à l'adaptation des nombreuses légendes urbaines en bandes dessinées, le manga d'horreur s'est popularisé peu à peu, de même que le cinéma horrifique nippon.

Sexe & déviances : la censure de la nudité, de l’érotisme et du sexe à l’écran

Les éditions LettMotif nous offre Sexe & déviances, un format de poche qui revient sur la censure du sexe au cinéma. Appartenant à la collection Darkness, censure et cinéma sous la direction de Christophe Triollet, Sexe & déviances révise les multiples interdictions auxquels sont confrontés les contenus audiovisuels "coquins" lors de leur passage sur grand écran. Cet ouvrage analytique aborde une approche historique, juridique et culturelle de la représentation de cette sexualité humaine montrée et vendue aux yeux d'un public. La question se pose alors : Art, représentation ou voyeurisme malsain ?

Celui qui hantait les ténèbres, l’horreur indicible de Howard Phillips Lovecraft

Publiée en 1935, Celui qui hantait les ténèbres est une nouvelle horrifique policière de Howard Phillips Lovecraft qui retrace le journal personnel d'un écrivain du nom de Robert Blake. Artiste et auteur de l'occulte qui cherchera à en découvrir toujours davantage sur la mystérieuse église et le sombre clocher qui l'intrigue et le rend fou petit à petit... Des découvertes étranges et lugubres, une atmosphère sinistre, des visions sur une infinité de mondes glacials, la possibilité d'une possession démoniaque sont autant de faits à étudier et à analyser d'après les notes de Robert Blake.

Yôkai – Dictionnaire des monstres japonais de Shigeru Mizuki

Ce chef d’œuvre de Shigeru Mizuki est indispensable pour les passioné·e·s des contes et légendes nippons. Les yôkai sont des créatures que l'on retrouve souvent dans les manga, les films fantastiques, les animations, les livres et les jeux vidéos japonais. Dans Mononoke Hime d'Hayao Miyazaki, ils font partie intégrante de la nature, les kodama, petits êtres des forêts (ressemblants aux ki no ko, enfants des arbres, décrits par Shigeru Mizuki) symbolisent cette nature bienveillante et surnaturelle. Ils se meurent avec l'arrivée du shishi-gami, transformé en dieu malveillant et destructeur par la faute de l'avidité humaine. Ce dernier est le symbole d'une nature qui se sent agressée par les humains, devenant alors cruelle. Ces créatures mystérieuses prennent également vie dans les œuvres de Clamp, équipe féminine de mangaka : elles ponctuent la vie de Watanuki et du Yuuko, protagonistes d'XXX Holic, et entrent dans leur quotidien de façon tantôt bienveillante tantôt malveillante.

Fantask n°1, la tentation du mal

Pourquoi les méchants nous fascinent-ils autant ? C'est la question à laquelle tente de répondre cette nouvelle édition du magazine spécialisé dans la pop culture depuis 1969. D'abord publié par les éditions Lug avec la création de 4 numéros, Fantask revient en 2001 avec les éditions Semic le temps de 5 numéros pour stopper l'année d'après cette aventure renouvelée. Rodolphe Lachat, directeur de la rédaction, et Sabrina Lamotte, rédactrice en chef, relancent en 2021 le projet avec les éditions Fantask qui, en plus d'offrir de la bande dessinée et des dossiers thématiques compilés dans un magazine haut en couleur, propose une collection d'essais sur les cultures populaires !

Hurlements, des légendes urbaines compilées par Masaya Hokazono

Les éditions Black Box nous offrent Hurlements de Masaya Hokazono, un one-shot paru au Japon en 2009 sous le nom Akai Imôto (« petite sœur rouge ») qui conte plusieurs histoires courtes, inspirées de légendes urbaines nipponnes. Connue pour son amour de l'horreur et des histoires fantastiques, la culture japonaise est friande de creepypasta et autres contes liés aux fantômes et créatures folkloriques en tout genre. L'auteur présente une histoire de maison hantée à la Ju-On (célèbre saga de films d'horreur japonais initiée par Takashi Shimizu), d'un « film maudit » ou encore d'une hypnose meurtrière.

Spike Lee, un cinéaste controversé (Régis Dubois, 2019, LettMotif)

Spike Lee, un cinéaste controversé est un livre de Régis Dubois édité par LettMotif éditions. C’est la première monographie consacrée au cinéaste afro-américain newyorkais. L’auteur nous plonge dans la carrière d’un des plus importants réalisateurs américains de l’ère moderne à travers un récit chronologique passionnant à l’écriture fluide et dynamique. Un livre qui vient combler un manque inacceptable dans la bibliographie française consacrée au cinéma.

Mad Movies : La saga Freddy, le boogeyman de vos cauchemars [Unboxing]

En 1984, la vague slasher a atteint son point culminant. La saga Vendredi 13 en est déjà à son quatrième épisode, les clones de Michael Myers et Jason ont envahi les salles et les vidéoclubs. Depuis plusieurs années, le réalisateur Wes Craven, remarqué en 1972 avec l’ultra violent La Dernière maison sur la gauche mais toujours en quête d’un succès populaire, tente de concrétiser un projet qui offrirait une seconde jeunesse au genre en le faisant basculer dans le fantastique pur. Inspiré à la fois par des souvenirs et traumatismes de jeunesse et plusieurs faits divers, il a imaginé un tueur d’un genre nouveau : un croquemitaine défiguré qui se matérialise dans les rêves de ses victimes.

Blumhouse Productions: From Paranormal Activity to Get Out de Lucas Hesling [Unboxing]

Blumhouse Productions est une société de production américaine fondée en 2000. Le désormais culte Paranormal Activity est son premier grand succès international et est à l'origine de tout un engouement pour le paranormal et le found footage. Pour un budget de 15 000 $, le film rapporte 194 millions de dollars ! Jason Blum, son fondateur, a su imposer un solide modèle de production qui repose sur l'équation low budget, high concept. Le producteur tient également à défendre des valeurs parfois associées à celle du cinéma européen : soutien des auteurs; liberté artistique; "final cut"; engagement politique et social...

MadMovies : Apocalypse zombie [Unboxing]

Composé notamment d’une quinzaine de dossiers qui analysent les différentes évolutions du mort-vivant sur le grand et petit écran et des décryptages de huit films-clés (du Vaudou de Jacques Tourneur à Ne coupez pas ! de Shinichirô Ueda en passant par Le Mort-vivant, Frayeurs ou Dernier train pour Busan), cette nouvelle édition révisée et augmentée de 16 pages (pour un total de 132 pages) de notre hors-série Apocalypse zombie est la nouvelle bible qu’il vous faut absolument posséder pour tout savoir du monstre le plus populaire du 7e Art ! (MadMovies).

Notre bibliothèque de genre !

L'association Three Mothers Films met en place une petite bibliothèque de livres sur le cinéma de genre et la pop culture pour permettre aux étudiant·e·s dans le domaine du cinéma et aux intéressé·e·s de se renseigner sur place et gratuitement (en consultation) sur les techniques et le monde du cinéma et du documentaire.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑