🔞 Archivi pesca I đŸ”ž

Le Miel du diable

Une soumise parfaite, elle obĂ©it docilement Ă  mes ordres que ce soit pour me sucer, prendre une douche glacĂ©e ou encore se laisser attacher. Alors, aprĂšs l’avoir ligotĂ©e et placĂ©e au sol, j’ai commencĂ© par des jeux classiques Ă  base de fouet et de cire chaude avant de faire glisser la flamme d’un briquet sur sa peau. J’ai Ă©coutĂ© ses gĂ©missements se transformer en rĂąles et en petits cris de douleurs mais je veux l’entendre hurler et pour ça je dois aller plus loin. Une paire de pinces pour les tĂ©tons de ses seins volumineux et une autre pour ses testicules, un lĂ©ger mouvement du poignet et j’active le gĂ©nĂ©rateur qui fait trembler ce corps. Mais ses cris ne sont pas encore assez puissants, elle pousse mon imagination et mon dĂ©sir Ă  l’extrĂȘme. Heureusement il me reste une arme secrĂšte mais je dois d’abord la fouetter de nouveau. Sous mes coups sa peau rouge vire au violet et quelques lacĂ©rations apparaissent un peu partout, elle est prĂȘte. Je dĂ©gaine enfin ce que j’appelle le miel du diable, mon jouet ultime. Ce mĂ©lange visqueux, contenant de l’alcool et du piment, que je verse sur ses plaies, ce qui me permet enfin d’entendre ses hurlements qui rĂ©sonnent comme une douce musique Ă  mes oreilles. Quelques minutes bruyantes plus tard, je l’ai libĂ©rĂ© et, pour rĂ©compenser sa dĂ©votion, je passerai le reste de la soirĂ©e Ă  prendre soin d’elle et Ă  lui rendre le plaisir qu’elle m’a offert.


La Femme du lac

La maison au bord du lac, notre rĂ©sidence secondaire, depuis toujours j’aime y aller mais encore plus depuis qu’adolescent, je me suis mis Ă  Ă©pier notre belle voisine. Tous les matins, pensant ĂȘtre Ă  l’abri des regards, elle se baigne nue dans son coin du lac entourĂ© d’arbres. D’annĂ©e en annĂ©e je me dĂ©lecte de la vue de son corps parfait sur lequel le temps n’a pas d’emprise.

J’ai aujourd’hui 20 ans et j’ai Ă©tabli un plan ! En faisant semblant de me promener sur le chemin entourant l’eau, je passerai Ă  sa hauteur Ă  l’heure de sa baignade quotidienne en espĂ©rant pouvoir entamer la conversation. Quand elle me vit, loin d’ĂȘtre gĂȘnĂ©e, elle marcha lentement vers sa serviette et j’eus le temps de me rincer l’Ɠil avant qu’elle ne se couvre. Nous avons parlĂ© de tout et n’importe quoi pendant quelques minutes, des sujets divers tels que la beautĂ© des lieux ou cette rencontre fortuite aprĂšs tant d’annĂ©es sans se voir. Le moment ne fut pas aussi intense que je l’avais imaginĂ©. AprĂšs ça, c’est mon petit esprit de voyeur qui reprit le dessus et j’ai continuĂ© Ă  l’observer sans autre interaction.

Un matin en rassemblant ses affaires elle fixa son regard dans ma direction et lĂącha sur le sol ce qui me semblait ĂȘtre un morceau de papier. AprĂšs qu’elle soit rentrĂ©e chez elle, je me suis approchĂ© pour rĂ©cupĂ©rer une note pliĂ©e que je m’empresse d’ouvrir pour dĂ©couvrir un mot qui m’Ă©tait adressé :

« ArrĂȘte de porter des maillots, moi aussi je veux profiter du spectacle quand je te regarde te baigner ».


Une Folle envie d’aimer

Mon rĂ©veil sonne et j’ouvre les yeux pour dĂ©couvrir la chambre dans laquelle j’ai passĂ© la nuit. Mes pensĂ©es s’alignent et je me repasse rapidement la soirĂ©e pour comprendre oĂč je suis. Je revois le bar, des biĂšres, un homme magnifique et une nuit torride. Les souvenirs remontent et je repense Ă  l’odeur de sa peau, le goĂ»t de son membre, la douceur de sa bouche autour du mien et la fermetĂ© de ses muscles que j’empoigne pendant que je le pĂ©nĂštre. Le sexe sauvage entre deux hommes passionnĂ©s et pleins de dĂ©sir. En tournant la tĂȘte, je croise son regard et son sourire malicieux. La bosse au niveau de son bas-ventre me laisse deviner la suite du programme d’autant qu’elle rĂ©pond parfaitement bien Ă  celle qui empĂȘche les draps d’Ă©pouser mon corps. Je le trouve moins beau qu’hier mais j’ai envie de me dĂ©tendre pour bien dĂ©marrer la journĂ©e. Sa main calleuse glisse sur mon corps et agrippe sans douceur mon sexe qui finit rapidement dans sa bouche. Il se dĂ©chaĂźne comme s’il voulait dĂ©jĂ  avoir fini. Je le caresse tendrement mais ma douceur ne trouve pas de rĂ©ponse. Ma main glisse vers son entrejambes et je commence Ă  le masturber. Quelle dĂ©ception de sentir son sperme chaud couler entre mes doigts, un petit coup rapide n’Ă©tait pas dans mes projets du jour avec lui. En me dĂ©contractant complĂštement, je me laisse aller Ă  Ă©jaculer dans sa bouche, il avale tout et s’applique Ă  utiliser sa langue pour nettoyer parfaitement mon gland. Un dernier baiser et, quelques minutes plus tard, je suis dans un taxi pour rentrer chez moi, conscient que je ne le reverrai jamais. Soir aprĂšs soir, homme aprĂšs homme, le mĂȘme schĂ©ma se rĂ©pĂšte, le romantisme ne dure que le temps d’une nuit et au matin j’ai le sentiment de n’ĂȘtre qu’un objet, un vulgaire sextoy. Le romantique en moi attend dĂ©sespĂ©rĂ©ment celui qui fera battre mon cƓur aussi fort qu’il fait chauffer mon corps. Ce soir, encore, je trainerais dans les bars Ă  la recherche de l’amour en commençant par le prochain homme qui attisera mon feu intĂ©rieur.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :