Spider Baby, une toile du macabre

Actuellement disponible sur Shadowz et réalisé en 1964 par Jack Hill, Spider Baby est ce que l’on pourrait qualifier de proto-Massacre à la tronçonneuse et La Maison des 1000 morts. Mais commençons par le commencement, à savoir l’histoire.

Bruno, chauffeur de la famille Merrye, s’occupe des trois enfants de son patron défunt. Cette progéniture est le fruit d’unions consanguines et a développé des tares mentales, entraînant des syndromes de dégénérescence. Un jour, une cousine et son frère arrivent, souhaitant s’approprier le domaine où iels vivent mais ces enfants ne l’entendront pas de cette oreille.

Ce film peut être considéré donc comme une ébauche de Massacre à la tronçonneuse (1974) car quelques années plus tard, Tobe Hooper s’inspirera en partie de Spider Baby concernant l’imagerie de famille retirée du monde et légèrement (euphémisme) psychopathe. Rob Zombie quant à lui s’appropriera toute cette ambiance macabre (ainsi que celle de Massacre), pour réaliser son House of 1000 Corpses. Il reprendra aussi l’acteur Sid Haig en tant que Captain Spaulding, interprète dans Spider Baby du frère aîné de la fratrie, Ralph.

Saluons aussi la performance de Lon Chaney, encore une fois impeccable dans un rôle alternant la douceur car très protecteur envers ces enfants et frôlant aussi parfois par petites touches la folie latente, émergeant dans de simples expressions de regards par exemple.

Ce film est enrobé de l’aura de La Famille Addams, avec cette maison pleine de poussière et de toiles d’araignées. Ce film a cet effet ricochet, s’inspirant de films qui lui-même en inspirera d’autres mais cela, ceci-dit, est propre au cinéma de genre et même au cinéma en général.

Nous avons droit de ce fait à un humour noir et macabre vraiment appréciable. Pour preuve, la mort d’un des personnages qui est complètement dédramatisée à travers ses dernières lignes de dialogue, désamorçant la peur. Justement, la peur, elle est au final inexistante car Jack Hill par le biais de hors-champs, ne montre jamais les mises à morts de manière frontale (la faute aussi au peu de budget alloué et au balbutiement des effets spéciaux, nous sommes au milieu des années 60).

Ce métrage est en tout cas une curiosité et surtout un film à voir pour qui aime les ambiances un peu folles et celles faisant passer le tout pour un tour de manège horrifique.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :