M.F.A., une serial killeuse contre la culture du viol

Natalia Leite (à la réalisation) et Leah McKendrick (au scénario) nous offrent M.F.A. (2017), une petite perle horrifique et engagée qui explose certains codes du rape & revenge. Tandis que le genre du « viol et vengeance » se contente habituellement de montrer le triomphe de la revanche d’une femme sur son ou ses violeurs, M.F.A. va plus loin en nous proposant la transformation psychologique d’une protagoniste timide et réservée érigée peu à peu en une véritable justicière psychopathe. Elle ne s’arrêtera pas au meurtre (accidentel) de son agresseur et sombrera vers une vague d’assassinats de tous les violeurs qui ont le malheur de croiser sa route. Refusant son statut de victime, devenant alors une survivante d’agression sexuelle, Noelle se change en une tueuse accomplie, furtive et organisée.

Alors que la jeune femme tente tant bien que mal de se faire remarquer dans le cadre de ses études d’art, elle est invitée à une soirée avec d’autres de ses camarades. Lors d’une scène sans tabou, violente et réaliste, Noelle est brutalement violée par un étudiant pour qui elle avait le béguin. Sidérée et perdue, elle s’enfuira de la fête avant de s’immerger dans la piscine. Un reflexe afin de se « purifier » qui lui portera préjudice lorsqu’elle tentera de porter plainte  : sans preuve physique, son témoignage est mis en doute. Que ce soit lors de son entretien avec la police ou celui avec la direction de son Université dans le but de rapporter les faits, Noelle sera systématiquement mise à mal et humiliée. Puisque celles et ceux qui sont censé·e·s la protéger et l’écouter ne font qu’à moitié leur travail et refusent de prendre leurs responsabilités, l’étudiante décide de confronter son violeur en espérant d’obtenir des excuses de sa part… N’obtenant pas la rédemption escomptée tant l’homme minimise son acte, il s’ensuit une altercation fatale dans laquelle il basculera de la rembarde de l’escalier et s’écrasera dans une marre de sang… Ce crime provoque un shoot d’inspiration chez la jeune artiste qui la pousse alors à continuer dans cette voie : et puisque son violeur est mort, il lui reste à détruire les agresseurs d’autres femmes innocentes.

Une escalade de la violence est mise en scène dans cette œuvre magnétique, notamment via cette rage insoutenable qui dévorera notre protagoniste principale lorsqu’elle comprend qu’elle est loin d’être la seule dans ce cas. Skye, son amie et colocataire, a vécu le même traumatisme et pour passer cette partie de sa vie sous silence, elle a changé de nom et de vie, afin de se reconstruire. Effarée par cette culture du viol et face à ce genre de comportements sexistes qui détruisent un grand nombre de femmes partout dans le monde, Noelle se décide à devenir une justicière impitoyable et séduisante.

Entre drame social et rape & revenge planant, M.F.A. sort du lot grâce à l’acting d’une Francesca Eastwood vigilante et déterminée. Le suicide de Skye pour qui revivre cette période a réveillé trop de choses, son incapacité à établir un rapport intime avec son ami Shane sans se sentir mal à l’aise, poussent Noelle dans une chute destructrice vers la violence, une brutalité qui ne s’arrêtera que lorsque l’équipe policière viendra la trouver, sûre et fière de sa performance de justicière et d’artiste, à sa remise de diplôme…

Le film est actuellement dispo sur Shadowz !


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :