Ginger Snaps, une inversion des clichés de prédation et de genre

Dans la petite ville de Bailey Downs, petite communauté rurale du Canada, deux sœurs marginales vont voir leur vie bouleversée lorsque l’une d’elles est blessée par un animal inconnu.

Réalisé par John Fawcett et écrit par Karen Walton, Ginger Snaps raconte l’histoire de Ginger et Brigitte, deux sœurs adolescentes inséparables, autant attirées par le morbide qu’elles sont marginalisées dans leur lycée. Véritables parias parmi leurs camarades de classe, les deux sœurs Fitzgerald passent leur temps dans l’obscurité du sous-sol de la maison familiale, transformé en chambre à coucher, à créer des œuvres d’art mettant en scène leur suicide. Alors que la petite ville est en alerte depuis que quelqu’un tue les chiens de la zone, les deux sœurs voient un danger encore plus grand pour elles se profiler à l’horizon : elles vont bientôt avoir leurs règles et devenir « officiellement » des femmes. Ginger et Brigitte (la plus jeune des deux sœurs) devront prendre la place que la communauté leur réserve, celles d’être la cible des intentions sexuelles de leurs camarades de classe masculin, des proies pour les prédateurs hommes. C’est pourquoi Ginger et Brigitte ont pris une décision, celle de se suicider ensemble lorsque toutes les deux auront atteint l’âge de seize ans.

En attendant, Ginger et Brigitte décident d’aller kidnapper le chien de Trina Sinclair, la fille populaire du lycée qui a fait des deux sœurs Fitzgerald ses boucs émissaires. Cependant, surgissant de nulle part, une horrible créature attaque Ginger la blessant mortellement avant de prendre la fuite et de passer sous les roues de la camionnette de Sam¸ le jeune dealer du coin.
Sous les yeux étonnés de sa sœur, Ginger va guérir très vite de ses horribles blessures. Mais alors que les jours passent, les deux sœurs Fitzgerald doivent accepter la vérité : Ginger est en train de se transformer en loup-garou.

Si évidemment, la thématique de l’adolescence est prépondérante au début du film avec toutes les problématiques que cette période soulève chez les jeunes personnes : changement du corps, désirs sexuels naissants, l’image que l’on peut renvoyer avec comme conséquence la popularité pour les un.e.s et la marginalisation pour les autres et la transformation de Ginger en loup-garou symbolise tout cela, c’est surtout un traitement original de la condition des femmes qui est à l’œuvre dans le film, surtout à partir de la métamorphose de Ginger.

En effet, les codes mis en place au début du film commencent à s’inverser. Au fur et à mesure que s’opère la transformation de Ginger, la position des personnages du film se transforme elle aussi. Ginger, qui refusait cette place de proie qu’on lui avait déjà assignée, refus qui était symbolisé par le fait que Ginger cachait sous d’amples vêtements les formes de son corps qui commençait à apparaître, maintenant n’hésite plus à montrer son corps pour le plus grand plaisir des garçons du lycée. Mais évidemment, ceci est un leurre littéralement, car ce nouveau corps de Ginger ne leur est pas destiné, c’est au contraire un moyen pour elle d’attirer les hommes dans ses griffes de loup-garou. La proie est devenue le prédateur, la place des hommes et des femmes s’est inversée.

Désormais, ce sont les garçons du lycée qui vont être la proie de l’appétit sexuel de Ginger. Ainsi, lorsque Ginger accepte finalement les avances de son camarade Jason, c’est pour lui montrer que c’est désormais elle qui mène danse. Dans la voiture du jeune garçon, alors qu’ils sont sur le point d’avoir une relation sexuelle, Ginger se montre très entreprenante et « agressive » sous les yeux étonnés de Jason et lorsque celui-ci lui demande « Qui c’est le garçon ? », Ginger le plaque contre la banquette arrière, la jeune femme semblant lui signifier que c’est elle désormais qui possède la place de l’homme. La suite ressemble étrangement à un viol : Ginger arrachant les vêtements de Jason et le molestant physiquement allant jusqu’à le mordre et ainsi l’infecter malgré ses supplications. Et ce renversement des positions s’opère aussi dans les corps. Des poils et une queue (symboles masculins et phalliques) apparaissent chez Ginger alors que Jason lui se met à uriner du sang rappelant les menstruations des femmes. Mais après cette courte période d’exaltation, Ginger et Brigitte se rendent compte que ce qui a infecté l’ainée des sœurs Fitzgerald est en train de la détruire. Brigitte, aidée de Sam, va tout faire pour guérir sa grande sœur de l’infection qui la frappe après avoir été blessée par le loup-garou. Et de fait, le personnage de Brigitte représente/propose une troisième voie. En effet, la plus jeune des sœurs Fitzgerald refuse tout autant d’être une proie que d’être un prédateur. La lutte finale contre le monstre qu’est devenue sa sœur Ginger est une forme de revendication de la part de Brigitte d’être considérée, malgré son entrée dans la puberté, tout simplement comme une personne humaine.

Article by Jean Charpentier

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :