Top 7 des films avec des animaux qu’on n’a pas trop envie d’approcher

Baxter, film français réalisé par Jérôme Bovin en  1989.

Après avoir été abandonné à plusieurs reprises par ses maîtres, Baxter, un bull terrier, finira par se retrouver dans une famille encore plus détraquée que les deux précédentes. Il va ainsi pouvoir se faire une opinion peu positive sur les êtres humains.

Un film français hors du commun que nous offre Jérôme Bovin, plus connu pour Confessions d’un barjo en  1992. Avec comme trame l’analyse du genre humain par un bull terrier. Une atmosphère à la fois fascinante et cynique. Une œuvre à part dans le cinéma français.

1.Baxter

Morsures aka Nightwing, film américain réalisé par Arthur Hiller en 1979.

Dans une réserve indienne, une épidémie se repend par la faute de chauves-souris porteuses du virus de la peste. Le détective Youngman Duran va par la suite enquêter du mieux qu’il peut malgré ses réticences et les obstacles qu’il trouvera sur son chemin.

Adaptation du roman Nightwing de Martin Cruz Smith en 1977, Morsures met en avant une problématique politique et sociale de l’être humain « envahisseur ». Ce sera l’un des derniers films de genre d’Arthur Hiller, qui se tournera plus tard vers des drames et comédies.

2.Morsures

Incidents de parcours aka Monkey Shines, film américain réalisé par George A. Romero en 1988.

Devenu tétraplégique à la suite d’un accident de voiture, Allan perd gout pour la vie. Un de ses amis, scientifique, a la brillante d’idée de lui offrir un adorable singe capucin pour lui tenir compagnie. Une forte amitié commence à naître entre l’animal et son maître, mettant en danger tous ceux qui s’approchent d’Allan.

Bien plus qu’un simple film d’horreur, Incidents de parcours, de par sa psychologie narrative, décrit une société malhonnête aux instincts primaires. Une œuvre incomparable, bien que fatalement effacée par les autres films de Romero.

3.IncidentsParcours

Razorback, film d’horreur australien réalisé par Russel Mullcahy en 1984.

Dans un désert australien, un grand père est accusé de la disparition de son petit-fils. Il se battra coûte que coûte pour prouver son innocence. D’après lui, un razorback, une sorte de sanglier sanguinaire, serait le seul responsable. D’autres personnages feront leur apparition et tenteront à leur tour de se débarrasser de cet animal féroce.

Réalisateur du très connu Highlander en 1986, Russel Mulcahy, connu à ses débuts pour ses clips-vidéos, réalise ici son premier petit succès cinématographique. De l’horreur à l’australienne aux effets spéciaux sympathiques.

4.Razorback

Black Sheep, film néo-zélandais réalisé par Jonathan King en 2006.

Une expérience génétique, ayant mal tourné dans une ferme familiale, provoque un accident, transformant de simples moutons en mutants assoiffés de sang. Henry, membre de cette famille ayant une peur bleue des moutons depuis sa tendre enfance, retourne dans cette ferme et découvre avec effroi cette terrible situation.

Une brillante comédie horrifique faisant oublier l’innocence de ces moutons devenus des « zombies ». Un humour néo-zélandais qui est sans rappeler le classique Braindead en 1992 de Peter Jackson.

5.BlackSheep

L’Incroyable Alligator aka Alligator, film américain réalisé par Lewis Teague en 1980.

Au centre de Chicago, un homme se débarrasse d’un bébé alligator, le jetant dans les toilettes. L’animal survit dans les égouts en se nourrissant de déchets toxiques. Ayant anormalement grandit, il découvre l’extérieur, qui semble être fortement à son goût.

Surfant sur la vague du succès des Dents de la mer en 1975 de Steven Spielberg, L’Incroyable Alligator réussit à sortir de l’imitation de ce déferlement de monstres marins, en traçant sa propre directive, tout en exploitant avec intelligence la légende urbaine répandue à cette époque en Amérique, à savoir « le crocodile sortant des toilettes ».

6.IncroyableAlligator

D’origine inconnue : Terreur à domicile aka Of Unkown Origin, film américano-canadien réalisé par Goerge P. Cosmatos en 1983.

Pendant que sa femme et son fils sont en vacances, Bart Hugues, un architecte resté dans son appartement à Manhattan pour travailler sur un dossier important, reçoit la visite d’un étrange invité qui lui causera bien des soucis.

La peur réaliste du petit rongeur envahisseur en y ajoutant le côté terrifiant d’un film d’horreur, s’approchant presque d’une adaptation d’un roman de Stephen King.

7.OrigineInconnue

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :