Top des films d’Héroïc-Fantasy des années 80

Dark Crystal, film américain de Jim Henson et Frank Oz, sorti en 1982.

Jen et Kira, survivants parmi les Gelfings, doivent faire face aux terribles Skekses, afin de récupérer un éclat de cristal, permettant de faire régner le bien dans le monde.

Avec le succès des Muppets Shows il était presque logique de mettre en scène des marionnettes au cinéma. On retrouve ainsi ce majestueux film, sans humain et dans un univers bien plus sombre que la série télévisée. Un travail d’effets spéciaux gigantesque pour l’époque et une manipulation de marionnettes quasi parfaite. Sans doute la plus belle réussite dans la carrière de Frank Oz.

Labyrinthe, film anglo-américain réalisé par Jim Henson et sorti en 1986.

Sarah Williams, jeune fille rêveuse, se retrouve emportée dans l’histoire de son livre favori du nom de Le Labyrinthe, où elle croisera sur son chemin tout type de créatures loufoques mais surtout l’indéfinissable Jareth.

Dans ce labyrinthe, à l’allure presque humain, il est nécessaire de passer par des étapes de la vie d’une adolescente comme Sarah (interprétée par Jennifer Connelly), se perdre, se tromper, se remettre en question et surtout apprendre à rêver. Un film entraînant où l’imagination n’a pas de limite.

Legend, film américano-britanique réalisé par Ridley Scott et sorti en 1985.

Jack, un jeune homme séduisant et Darkness, un terrible démon, se disputent le cœur de Lili, une jeune et jolie princesse. Afin d’empêcher le démon de prendre possession de la princesse, Jack devra s’associer à de drôles de lutins et à une extravagante fée.

Tim Curry est méconnaissable en démon «Darkness», Tom Cruise en séduisant jeune homme prêt à conquérir le cœur de la sublime princesse jouée par Mia Sarah. Un parfait mélange de gobelins, princesses et méchants. En somme, tous les ingrédients pour faire de Legend, le film culte du genre héroïc-fantasy.

Princesse Bride, film américain de Rob Reiner et sorti en 1987.

Alors qu’un petit garçon se retrouve cloué au lit par la grippe, et afin de l’occuper autrement que par la télévision, son ronchonneur de grand père raconte l’histoire de Bouton d’Or, jeune princesse désormais mariée au prince Humperdinck, pensant à son grand amour disparu en mer. Enlevée par des bandits, elle devra se montrer courageuse afin de retrouver l’amour de sa vie.

Une fable devenue culte, tirée du roman de 1973 The Princess Bride de William Goldman. Dans la lignée des grands succès de l’époque comme L’histoire sans fin de Wolfgang Petersen en 1984 ou Ladyhawke, la femme de la nuit en 1985 de Richard Donner. Robin Wright y est brillante, ce qui lui permettra d’être révélée au grand public.

Willow, film américain réalisé par Ron Howard et sorti en 1988.

Willow, un jeune Nelwyn, magicien à ses heures perdues, se retrouve du jour au lendemain à devoir protéger une petite princesse Elora, de la terrible reine Bavmorda, qui ordonna de tuer tous les nouveau-nés du royaume et qui est bien déterminée à faire disparaître l’enfant.

Sans doute le film le plus nostalgique de toute une génération. Warwick Davis, du haut de ses 120 centimètres est attendrissant au plus haut point et nous entraîne dans son aventure palpitante en tant que sauveur et protecteur. Véritable chef d’œuvre de par sa mise en scène et de son esthétique, Willow est l’un des rares films qui ne semble jamais vieillir malgré toutes ces années.

Conan le barbare, film américain réalisé par John Milius et sorti en 1982.

Pour venger la mort de ses parents, Conan ancien esclave ayant réussi à s’enfuir de ses chaines grâce à ses combats, demande l’aide de deux voleurs afin de réduire à néant le diabolique Thulsa Doom, responsable de tous ses malheurs.

Inspiré de l’univers de Robert Ervin Howard, Conan le Barbare de John Milius est une sorte d’ovni du cinéma des années 80. Arnold Schwarzenegger correspond parfaitement à ce rôle de jeune barbare cherchant à venger la mort de ses parents. Possédant une petite communauté de fans, ce film scénarisé par Oliver Stone connu pour Platoon en 1986 ou récemment Alexandre en 2005, reste monumentalement culte.

Le Dragon du lac de feu, film américain réalisé par Matthew Robbins et sorti en 1981.

Pour protéger son royaume d’un terrible et puissant dragon, un roi ne trouve d’autres solutions que d’offrir au monstre deux pucelles. Il demande l’aide d’un magicien et de Galen, son jeune disciple, afin de protéger sa fille, la princesse Elspeth, prochaine victime sur la liste.

Moins connu que les films cités ci-dessus, Le Dragon du lac de feu est un film évasif avec comme pour caractéristique, une pointe d’humour. De par l’effet vieillot des effets spéciaux mais impressionnants pour l’époque, ce film produit par Walt Disney Productions, bien plus adulte que ce dont on a l’habitude de voir de la part de ce dernier, reste gravé dans les mémoires et emporte le spectateur dans un monde fantasmagorique.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :