Kingdom, des zombies à la mode médiévale sud-coréenne

Et voilà encore une série originale Netflix mélangeant les genres. Ici, horreur et drame historique fusionnent avec finesse et brio. Kingdom aka Kingdeom (Kim Eun-hee et Kim Seong-hun, 2019) est la deuxième série sud-coréenne originale Netflix, adaptation du webcomic, The Kingdom of the Gods (Kim Eun-hee et Yang Kyung-il) qui montre, encore une fois, le génie du cinéma sud-coréen, notamment en matière d’horreur. Si vous avez aimé Train to Busan (Busanhaeng, Yeon Sang-ho, 2016) et 28 jours plus tard (28 Days Later…, Danny Boyle, 2002), cette œuvre horrifique est faite pour vous !

L’histoire prend vie à l’époque de Joseon (1392 à 1897), ce qui d’emblée pose le cadre pour des décors médiévaux asiatiques de toute beauté ainsi qu’une tension géo-politique et sociétale sur le point d’exploser. Le Prince héritier apprend la maladie de son père, l’Empereur semble être alité jusqu’à nouvel ordre. Il cherche alors à lui rendre visite dans ses quartiers mais sa belle-mère, l’Impératrice (fille d’un politicien de la cour provenant d’un clan opposé au sien et enceinte du futur Prince héritier) interdit l’accès à la chambre royale. Des rumeurs étranges commencent alors à circuler, sur la mort de l’Empereur, au sujet d’un monstre rodant dans les couloirs du palais ainsi que sur la disparition mystérieuse de quelques servant.e.s.

kingdomnetflix0

Intrigué et déterminé à connaître la vérité, le Prince héritier se lance dans une quête aux indices (en commençant par ceux laissés par le médecin royal) en compagnie de son fidèle protecteur, Moo-Young. Ces informations ou plutôt le manque d’informations au sujet de la santé de son père vont les pousser vers un dispensaire reculé dans lequel les patients meurent de faim, petit à petit, laissant la jeune doctoresse, Seo-bi (interprétée par Bae Doo-na jouant notamment dans Cloud Atlas, Jupiter Ascending ou encore Sense8 des frères/sœurs Wachowski), inquiète et amère d’avoir à attendre les vivres promis par le gouvernement.

Pendant ce temps, un apprenti médecin est mystérieusement tué durant l’exercice de ses fonctions auprès de l’Empereur et son corps est ramené au dispensaire par le médecin royal. Une mystérieuse épidémie va alors se répandre dans le pays, une étrange maladie qui réveille les morts à la tombée de la nuit et qui contamine quiconque subit leurs morsures. Le Prince héritier, accusé de trahison au passage, tentera alors de survivre dans un monde où le gouvernement, les zombies et les chasseurs de prime souhaitent sa mort. Bref, un périple de survie grandiose, le tout agrémenté d’une belle apocalypse zombie, est en marche.

Les zombies de Kingdom : originaux et franchement flippants

Ce qui fait de cette série, une œuvre audiovisuelle vraiment palpitante à regarder, c’est qu’il y a de tout ! Zombies, magie, folklore coréen, batailles, survie, ambiance quasi-apocalyptique, tensions géo-politiques, guerres de clans, une p’tite touche d’humour, une intrigue presque policière, des scènes magnifiques, une atmosphère sombre et un peu de love. Que demande le peuple ?

Un genre horrifique tenace et surprenant à vous faire frémir lorsque le crépuscule arrive. D’une trame historique et politique, Kingdom nous transporte dans un monde médiéval-fantastique à l’allure d’un bon livre de Stephen King. Un drama zombiesque qui garde sa magie et son folklore traditionnel sud-coréen afin de mettre en place une trame excitante et politisée tout en posant les bases d’une société féodale, hiérarchique et mystique aux costumes et aux décors finement réalisés !

Des zombies plus qu’effrayants puisqu’ils disposent de leurs propres originalités. Ils sont sensibles à la lumière du soleil, ils ne se réveillent que la nuit et ont l’apparence de cadavre lambda lorsque le jour est levé. Difficile donc de faire la différence entre un mort (un vrai !) et un zombie démoniaque de Kingdom. Les protagonistes peuvent ainsi être sauvés par l’arrivée de l’aube, on voit alors des centaines de zombies courir tels des chiens enragés en direction d’endroits sombres, de petits recoins, de cavernes, ou pire sous les planchers traditionnels coréens pour s’y reposer durant la journée. Un récit épique, des scènes d’angoisse à en couper le souffle, du gore bien fait et non pas exagéré, font de Kingdom une série horrifique originale et monstrueusement passionnante. Créative et multi-genre, cette série est une petite perle Netflix à ne pas louper !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :