Aenema [Court-métrage]

Aenema est un court-métrage réalisé par Nati Corvina et produit par Three Mothers Films en 2018.

Synopsis de Aenema

Suzie, une jeune femme discrète, est harcelée par son collègue, sans que sa hiérarchie ne réagisse. elle découvre par hasard, un livre lui permettant d’invoquer la sorcière Baba Yaga et de devenir plus sûre d’elle. Suzie se transforme alors, mais elle devra en payer le prix.

Suzie, a reserved young woman, is harassed by her colleague without any response from her hierarchy, she randomly find a book giving her the ability to summon the witch Baba Yaga and to boost her confidence. Suzie is changing, but she’ll have to pay the price.

Note d’intention de Nati Corvina

Influencée par Dario Argento, David Lynch et tout particulièrement le film Season of the Witch (1972) de Romero, Aenema est l’une des premières fictions de Three Mothers Films, bien que sortie plus tard, elle a été tournée en 2015 et avec peu de moyens alors.

Il était important pour moi de faire en sorte qu’il y ait peu de dialogues mais surtout de la musique et des sons, qui ne doivent pas être vus comme de simples éléments de fond mais comme une illustration des scènes, rendant le spectateur attentif à l’ambiance qui s’impose. L’influence musicale, propre à l’association, rend un hommage aux musiciens de films d’horreur italiens des années 1970 et 1980.

En ce qui concerne la figure de Baba Yaga, grande sorcière slave mythologique, elle a été choisie pour plusieurs raisons, parce qu’avant tout elle est capable d’une grande duperie, tantôt une vieille et horrible femme et tantôt une séduisante jeune femme. Dans son aspect bénéfique, elle aide la protagoniste à prendre confiance en elle et dans son aspect maléfique, elle la pousse à la vengeance et au cannibalisme. C’est dans cet esprit de double-face que se construit l’histoire de ce court-métrage.

Il ne s’agit pas là d’un court-métrage recherchant la perfection, mais plutôt d’une envie d’emmener le spectateur vers la mysticité et le trouble. C’est avant tout une ode à la femme. Et particulièrement à celles qui se sentent perdues et rabaissées, que ce soit dans leur vie sociale ou professionnelle.

Ici, alors que Suzie, la protagoniste, n’a aucune ambition par manque de confiance et que personne ne semble l’aider dans cette vie, elle se retourne vers quelque chose de plus irrationnelle, quelque chose qu’elle ne connait pas et qui lui tombe sous le nez, comme un signe du destin. N’ayant plus vraiment aucune autre échappatoire et bien qu’elle semble avoir des doutes quant à l’efficacité de cette méthode, elle se retrouvera alors confrontée à cette puissance qui s’avérera être finalement libératrice.

Crédits

Réalisation : Nati Corvina
Assistant réalisation : Domenico Autolitano
Scénario : Natalina Autolitano et Lucien Fulce
Musiques : Projet Carabanchel/ Vincenzo Autolitano
Production : Three Mothers Films

Avec :
Elisa Blanc dans le rôle de Suzie
Maïwenn Tupin dans le rôle de Baba Yaga
Sébastien Fischer dans le rôle du collègue
Maurizio Pagotto dans le rôle du chef de bureau
Mihajlo Mislimovski et Vincenzo Autolitano dans les rôles des amis du collègue

Prise de son : Amanda De Stefano et Mihajlo Mislimovski
Aides techniques : Amanda De Stefano, Arnaud Petit, Quentin Petit, Alexandre Albrecht, Marine Klughertz, Bruno Neurhor

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :