P (La Possédée), magie noire et vices citadins

P (La Possédée) est un film d’horreur britano-thaï réalisé par Paul Spurrier (2010) qui retrace l’arrivée en ville, à Bangkok, d’une jeune fille, Aaw, originaire d’un petit village du fond de l’inquiétante jungle thaïlandaise.

Vivant seule avec sa grand-mère considérée par la communauté villageoise comme une sorcière ou plutôt une chamane, Aaw se voit obligée de partir travailler à la capitale dans le but d’acheter des médicaments qui pourraient soulager sa grand-mère malade. Cette dernière, inquiète de voir sa petite-fille qu’elle sait investie de grands pouvoirs magiques s’en aller trouver une nouvelle vie dans une mégalopole peuplée de vices et de dangers lui donnera quelques conseils. Dans la foulée, elle lui ordonne de ne jamais manger de viande crue. Un acte fortement déconseillé dans le bouddhisme qui pourrait, selon elle, causer une catastrophe puisque l’esprit et de corps de Aaw semble être un réceptacle parfait pour les esprits du folklore thaï, les phii.

Lors de ses pérégrinations, la jeune fille se retrouve embauchée dans un bar de go-go danseuses. Elle accepte dans l’espoir de gagner assez d’argent pour sauver la seule famille qui lui reste mais ne se doute pas du genre de traitements qu’elle aura à subir de la part des clients, pour la plupart occidentaux, de ce bar assez particulier dont la gérante, une thaïlandaise d’un certain âge, n’éprouve aucun scrupule à obliger ses jeunes employées à satisfaire toutes les fantaisies de ses clients. Emplie de chagrin et de désespoir, Aaw décide alors de se venger en utilisant des rituels et des invocations de magie noire transmise par sa grand-mère. Mettant alors en péril le bon fonctionnement de sa roue du karma

1ac872877b292f0ec586ea0f54f87f46864346c7

P est un film très dérangeant tant dans le visuel (scènes d’intimités, gores ou de désespoir fortes en émotions) que dans la trame. On suit l’histoire d’une jeune fille caressant l’adorable espoir de sauver la personne qui l’a chérie et élevée se transformant peu à peu en monstre sanguinaire. Ses pouvoirs n’y sont en réalité pour rien dans cette métamorphose angoissante, il s’agit plutôt là d’une critique de la vie citadine, et de ses faces les plus sombres, qui cherche à voler son innocence en échange d’argent. Une œuvre qui traite avant tout de la prostitution d’êtres humains, obligés de jouer un jeu inhumain dans l’espoir de survivre, le tout bien déguisée en une fable horrifique et surnaturelle. Les intentions originelles d’Aaw sont nobles mais se laissant prendre au jeu de la vie nocturne de Bangkok, la jeune fille n’a plus qu’une seule solution. Elle doit se montrer forte, devenir le maître du jeu, et retourner la situation à son avantage en utilisant ses dons magiques et charnelles. Durant son combat acharné contre l’injustice dont elle est victime, Aaw se liera d’amitié, voire d’amour, avec une de ses collègues danseuses qui lui apprendra tendrement les ficelles du métier. Tout en tenant à distance son corps de son esprit pour garder le sourire, cette jeune fille (qui est son aînée) symbolise l’acceptation de la situation dont elles souffrent toutes les deux et pousse Aaw dans cette voie afin qu’elle en oublie sa tristesse. Mais pendant que la jeune sorcière cherche à se venger, acceptant difficilement d’avoir été ainsi utilisée, elle cessera petit à petit de penser aux précieux conseils de sa grand-mère…

MV5BZWE1M2E5MTktZGIwZC00ZTY4LWIzNjItNTkyM2IwMmU0ODVjXkEyXkFqcGdeQXVyNzYxNjg0NTk@._V1_

Ce film est actuellement disponible sur Netflix !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :