Trois croyances japonaises à l’écran

Terre peuplée d’esprits et de dieux en tout genre, le Japon possède des croyances et superstitions qui peuvent paraître étranges pour l’œil occidental. Entre horreur et humour, ces croyances sont encore aujourd’hui rapportées dans de nombreux médias nippons sous forme de manga, de livres, de films ou d’animation. Un poisson-chat géant soutenant le Japon, des insectes vénérés, les monstres fantastiques, yôkai, et les huit millions de dieux, kami, du pays du Soleil-Levant font partie intégrante de l’âme de la culture nippone, imprégnée par les légendes et les croyances anciennes. Voici un petit nombre de ces croyances étranges, merveilleuses ou dérangeantes qui font parfois sourire les Occidentaux.

La peur du chiffre 4, une superstition liée à la mort

Le chiffre 4 possède une dimension symbolique puissante au Japon et en Chine, il est commun que les hôtels, les hôpitaux et les grands immeubles ne possèdent pas de quatrième étage puisque ce chiffre est perçu comme malchanceux. En effet, la prononciation du mot chinois ou japonais quatre ressemble à celle du mot mort. Tout comme le treizième étage est à éviter dans la culture occidentale, cette superstition est très répandue au Japon, et les Japonais éviteront les nombres possédant le chiffre 4 lors des événements importants comme les mariages et autres festivités. Cette croyance étant régulièrement la cause d’une peur irrationnelle (la tétraphobie, la peur du chiffre 4), la firme Nokia évite les modèles commençant par le chiffre 4 (excepté dans quelques cas) afin de respecter ses clients asiatiques. Ainsi lorsqu’on offre des présents au Japon, on évitera soigneusement d’en offrir 4 et l’on ne découpera pas non plus un gâteau en quatre parts distinctes. On retrouve cette croyance dans de nombreux films d’horreur asiatiques comme c’est le cas du film Forbidden Floor de Kwon Il-soon sorti en 2006. Le premier court-métrage de Takashi Shimizu, du nom de 4444444444, met en scène le prototype de Toshio Saeki, protagoniste fantôme de la saga Ju-on/The Grudge.

(Fordidden Floor de Kwon Il-soon sorti en 2006)

L’étrange origine des séismes, un poisson-chat géant.

D’après la légende, l’archipel japonais est symbolisé par le kaneme-ishi, la pierre-clef, qui reposerait sur l’échine d’un poisson-chat géant, le Namazu vivant dans les profondeurs de la terre. C’est en bougeant violemment qu’il cause des destructions à la surface de la terre, il serait à l’origine des séismes nippons. Namazu est cependant sous le surveillance du dieu Kashima, le seul à pouvoir le maîtriser en le maintenant au sol grâce à son épée. Il arrive néanmoins que Namazu s’échappe, provoquant ainsi des catastrophes. Et ce, plus particulièrement au mois d’octobre, qui est considéré comme un mois où tous les dieux s’en vont vers la côte de la mer du Japon, au sanctuaire Shinto d’Izumo (izumo taisha), durant lequel le dieu Kashima laisse alors Namazu libre de ses mouvements.

Plus globalement, les Japonais considèrent l’apparition d’un poisson-chat comme une mauvais présage entraînant les maladies et les guerres. Le Namazu symbolise également les destructions nécessaires pour atteindre un avenir meilleur, le yo naoshi namazu, le poisson-chat qui va redresser le monde, devient un symbole de héros salvateur, venu détruire afin de remettre en ordre la société. Namazu continue à inspirer les artistes nippons d’aujourd’hui et on en trouve une représentation dans Pokémon, Barbicha (Namazun en japonais) est une sorte de poisson-chat qui maîtrise des attaques sismiques.

250px-Barbicha-RS

Un culte aux insectes

Dans son article Sacrés mushi ! Des rites consacrés aux insectes (2006), Erick Laurent nous explique que les mushi sont un ensemble d’êtres vivants qui peuvent habiter à l’intérieur et à l’extérieur du corps humain. Cette catégorie correspond à l’ensemble des insectes ainsi qu’à certains autres arthropodes (exceptés les crabes, les crevettes et les catégories associées à ces derniers) mais aussi les mollusques, les larves de batraciens et certains reptiles. De nos jours, les Japonais utilisent le terme konchû pour définir les insectes en tant que catégorie scientifique néanmoins les mushi ne cessent de vivre et de se développer dans la culture japonaise (commerce, industrie touristique, médecine traditionnelle, croyances populaires, rituels, amulettes, phénomènes artistiques) et ce bien qu’ils soient des animaux à connotation négative censés habiter des lieux sales comme les toilettes traditionnelles, les aliments en putréfaction ou les cadavres. Dans l’imaginaire collectif nippon, les mushi grouillent, se montrent imprévisibles et sont entourés d’une aura de mystère : leur apparition soudaine selon les saisons ou le moment de la journée en font des animaux visibles mais aussi invisibles à l’Homme (étant cachés sous la terre ou sous l’eau une grande partie de leur vie). Selon les croyances taoïstes, trois vers seraient présents à l’intérieur du corps humain, cette croyance a donné naissance à de nombreux rituels pour tenter de les apaiser. Les mushi sont vénérés et craints, des rituels et des cérémonies (rites d’expulsions, rites funéraires) leur sont consacrés afin d’éviter des problèmes agraires, ou d’ordre psychique lorsque ceux-ci vivent à l’intérieur du corps humain. Ces êtres vivants sont décrits à merveille dans Mushishi, le chef d’œuvre de Yuki Urushibara publié de 1999 à 2008 (adapté dans une animation réalisée par Hiroshi Nagahama en 2005, puis en film, Mushishi, par l’auteur d’Akira, Katsuhiro Otomo, en 2006) qui conte l’histoire de Gingko, un jeune mushishi parcourant le Japon pour aider les individus souffrant de maux causés par les mushi.

mushishianimation

(Mushishi, par l’auteur d’Akira, Katsuhiro Otomo, en 2006)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :