MadMovies : Apocalypse zombie [Unboxing]

Composé notamment d’une quinzaine de dossiers qui analysent les différentes évolutions du mort-vivant sur le grand et petit écran et des décryptages de huit films-clés (du Vaudou de Jacques Tourneur à Ne coupez pas ! de Shinichirô Ueda en passant par Le Mort-vivant, Frayeurs ou Dernier train pour Busan), cette nouvelle édition révisée et augmentée de 16 pages (pour un total de 132 pages) de notre hors-série Apocalypse zombie est la nouvelle bible qu’il vous faut absolument posséder pour tout savoir du monstre le plus populaire du 7e Art ! (MadMovies).

Article mis en avant

Fear Street, une trilogie d’horreur à la Chair de Poule

Adaptée de la série littéraire de R. L Stine (Chair de Poule), la trilogie Fear Street narre l'histoire de deux villes voisines de l'Ohio, Sunnyvale, peuplée d'ados populaires et de parents riches aux hautes fonctions, contre Shadyside ou "Shittyside" pour les intimes, aux familles tortueuses et jeunes loosers.

Article mis en avant

The Deep House : une plongée dans l’horreur assez convenue

Le duo Alexandre Bustillo et Julien Maury (À l'intérieur, Livide) fait partie de cette vague du cinéma de genre français que l'on voudrait voir plus souvent dans les salles. Et ils reviennent cet été avec The Deep House (2021) dont le concept de maison hantée sous-marine était attendu avec impatience. Le film nous présente un jeune couple d'américain.es, Tina et Ben, qui relatent leurs explorations urbaines sur Youtube.

Article mis en avant

Notre petite bibliothèque de genre !

L'association Three Mothers Films met en place une petite bibliothèque de livres sur le cinéma de genre et la pop culture pour permettre aux étudiant.e.s dans le domaine du cinéma et aux intéressé.e.s de se renseigner sur place et gratuitement (en consultation) sur les techniques et le monde du cinéma et du documentaire.

Article mis en avant

Blade Runner 2049, un sequel all’altezza del suo nome

Essendo un fan dell'universo di Blade Runner di Ridley Scott del 1982 - e per estensione del gioco di Westwood Studios del 1997 - anche più del libro culto di Philip K. Dick, Do Androids Dream of Electric Sheep? è stato con una certa apprensione che ho avuto il mio primo contatto con Blade Runner 2049. Anche se avevo molta fiducia in Denis Villeneuve, succedere al capolavoro di Ridley Scott - un capolavoro di 35 anni fa che ha definito cosa sarebbe stato il cyberpunk al cinema - sembrava un compito quasi impossibile.

River’s Edge, disillusione in riva al mare

Adattamento dell'omonimo manga seinen (Kyoko Okazaki, 1994), River's Edge aka Ribâzu ejji (Isao Yukisada, 2019) è un film originale Netflix drammatico, con un pizzico di horror che mette in scena un gruppo di adolescenti  disturbati uniti da un segreto tanto inquietante quanto misterioso.

Bird Box, un’apocalisse alla cieca

Diretto da Susanne Bier, Bird Box (2018) ci racconta di una misteriosa apocalisse che decima gradualmente la popolazione mondiale. Solo "chi chiude gli occhi" viene risparmiato dalle strane e invisibili creature che spingono gli esseri umani al suicidio (o alla follia) una volta che hanno guardato...

Top 8 de l’imaginaire baroque

En mélangeant imaginaire, drames et excentricités, le cinéma baroque est un genre à part entière qui a changé la façon de créer des œuvres cinématographiques. Là où des œuvres plus classiques utilisent un schéma prédéfini par les codes, ce genre entrelace la narration avec le visuel pour créer une atmosphère surréaliste.

David Lynch: un cinema del bene e del male

David Lynch è nato nel 1946 nel Montana. Anche se la sua infanzia è tradizionale: vita tranquilla, perfetto piccolo scout, egli trova nell'erba verde dei suoi vicini, storie più affascinante le une che le altre.. Spesso portato in viaggio da suo padre grazie al suo lavoro di agricoltore, inventa luoghi e mondi incredibili. La sua giovinezza sarà una grande fonte di ispirazione per le sue opere future. Durante l’adolescenza, le sue frequentazione lo spingono a creare un'arte terrificante dalle storie che gli vengono raccontate. Grande appassionato di pittura, ritrae le sue paure e i suoi incubi, prima di trascriverli sullo schermo. Questo lo ha portato alla creazione di cortometraggi inquietanti e surreali come The Grandmother nel 1970 e The Amputee nel 1974.

I’m Thinking of Ending Things, un racconto crudele e allegorico sulla vecchiaia e il rimpianto

Diretto da Charlie Kaufman, I Just Want to End It è un film orrifico e toccante, nonché un dramma psicologico che non manca di originalità. La ricetta? Un pizzico di Split (M. Night Shyamalan, 2017), un zest di The Visit (M. Night Shyamalan, 2015), un granello di Donnie Darko (Richard Kelly, 2001), una spruzzata di Midsommar (Ari Aster, 2019), un soffio di The Man from Earth (Richard Schenkman, 2007) e un pelo di I Am the Pretty Thing That Lives in the House (Oz Perkins, 2016), e si ottiene solo il 25% della complessità di quest' opera dello sceneggiatore di Eternal Sunshine.

Infection (Kansen), il tema del contagio in un mondo di fantasma giapponese

Infection (Kansen) diretto da Masayuki Ochiai nel 2004 è un kaidan eiga (film J-horror) che tratta il tema della malattia e delle sue origini nebulose. Questo film horror giapponese fa parte della serie di sei film chiamati J-Horror Theater, realizzati da sei registi con Premonition (Tsuruta Norio, 2004), Reincarnation (Takashi Shimizu, 2006), Kaidan (Hideo Nakata, 2007), Retribution (Kiyoshi Kurosawa, 2007) e Kyofu (Hiroshi Takahashi, 2010).

Scare Me, du cinéma à la littérature horrifique…

Scare Me (Josh Ruben, 2019) est un film américain de style comédie horrifique qui nous présente un huis clos de nuit particulièrement bien réalisé entre deux écrivain·e·s d'histoires d'épouvante, l'une à succès, l'autre perdu dans ses frustrations et des échecs. Un duo intéressant avec des qualités et ses défauts marqués qui en font des personnages très humains, pour le meilleur et pour le pire...

Knightriders, il capolavoro poco conosciuto di George A. Romero

Realizzato nel 1981, due anni dopo il fenomenale Zombie, Dawn of the Living Dead1, seconda opera della sua lunga serie di film sugli zombie2, Knightriders è uno dei rari film del maestro che non appartiene al genere horror3. È comunque uno dei tanti capolavori di George A. Romero e sicuramente il suo più sottovalutato. Il film narra le tribolazioni di una troupe di stuntman in motocicletta che viaggia per il paese da uno spettacolo all'altro, mettendo in scena giostre cavalleresche con le motociclette al posto dei cavalli. Sotto l'egida del loro leader Billy, interpretato da un giovane Ed Harris, la troupe vive in un'utopia anarchica, adottando i valori cavallereschi dei Cavalieri della Tavola Rotonda del mitico Re Artù.

Split, disturbo dissociativo d’identità: prigione o trascendenza?

Diretto da M. Night Shyamalan nel 2017, Split è un thriller americano che ci racconta la storia di Kevin Wendeel Crumb, un uomo con personalità multiple e distinte che rapisce tre giovani ragazze e le chiude in una stanza senza finestre. Lo scopo di alcune delle sue identità è di fare di queste vittime del "cibo sacro", un'offerta a ciò che chiamano la "Bestia". Split si svolge nello stesso universo dei film Unbreakable (2000) e Glass (2019) dello stesso regista.

Cosa avete fatto a Solange? Un giallo dai giochi proibiti

Adattamento indiretto del romanzo di Egar Wallace del 1918 “The Clue of the New Pin”, Cosa avete fatto a Solange? racconta la storia di un collegio cattolico di Londra, dove una prima ragazza viene ritrovata brutalmente assassinata. Un insegnante italiano, che era vicino alla scena del crimine in quel momento, è considerato come il sospettato ideale e deve convincere la gente della sua innocenza per trovare il vero colpevole.

Top 3 du cinéma sud-coréen au féminin

Particulièrement prolifique en thrillers et en films de genre, le cinéma sud-coréen ne cesse de fasciner un public mondial. Très critique des médias, de la politique et de l'organisation de la société en générale, les artistes de Corée du Sud n'oublient pas de représenter les injustices et malédictions au féminin...

Top 10 des films de genre de l’année 1980

On retient de l’année 1980 et toute sa décennie, des films cultes pour le cinéma de genre, tels que Cannibal Holocaust de Ruggero Deodato, The Fog de John Carpenter, Vendredi 13 de Sean S. Cunningham ou Shining de Stanley Kubrick, mais pas que...

Mais qu’avez-vous fait à Solange ?, un giallo aux jeux interdits

Massimo Dallamano doit son début de carrière à Sergio Leone, qui lui propose le poste de directeur de la photo pour ses western-spaghettis Per un pugno di dollari en 1964 et Per qualche dollaro in più en 1965. Bien que sa filmographie se base principalement sur des œuvres controversées, dont on retient La morte non ha sesso en 1968 et Il dio chiamato Dorian en 1970, il inaugure ce sous genre du Giallo avec Cosa avete fatto à Solange?, son titre original en 1972 en réunissant les codes de ce mouvement, sans en tomber dans les clichés. Même si sa carrière dans ce genre plus policier s’arrête rapidement après son décès prématuré à l’âge de 54 ans dans un accident de voiture, c’est avec Joe D’Amato, lui aussi réalisateur italien controversé de son temps, qu’ils créent cette œuvre atypique.

The Wicker Man, l’horreur folklorique

1973, le monde découvre l’un des plus grands films d’horreur jamais réalisé, l’Exorciste de William Friedkin faisant de l’ombre à toutes les autres œuvres sorties au même moment. C’est dans ce contexte que sort Le Dieu d’osier aka The Wicker Man, réalisé par Robin Hardy et inspiré par le roman Ritual de David Pinner de 1967.

Top 8 des films sectaires

Les sectes peuvent être terrifiantes, religieuses ou politiques, mais restent tout de même énigmatiques. Voici un petit top de films de genre traitant de communautés plus qu'étranges.

Top 10 des films de genre de l’année 1970

L’année 1970 est signe est de prolifération musicale avec le documentaire sur l’un des plus grands festivals, Woodstock, réalisé par Michael Wadleigh. Mais c’est également une année de renouveau pour le cinéma de genre. Voici une petite sélection de films de genre de l’année 1970.

Honeydew, l’horreur multiple d’une Amérique profonde…

Écrit et réalisé par Devereux Milburn (2020), Honeydew est un film d'horreur américain mettant en scène Sam (Sawyer Spielberg) et Rylie (Malin Barr), un couple qui bat de l'aile, ayant décidé de faire une virée à la campagne pour se changer les idées. Ayant planté leur tente sur un terrain appartenant un vieux fermier du nom d'Eulis (Stephen D'Ambrose), le duo en sera délogé puis trouvera refuge à l'intérieur d'une étrange maison peu hospitalière dans laquelle séjournent Karen (Barbara Kingsley), une vieille fermière assurée, et Gunni (Jamie Bradley), son fils échiné et... très particulier.

Top 8 des clips vidéo rendant hommage au cinéma de genre

Le clip vidéo s’est vu au fil du temps se développer prenant en compte les codes cinématographiques et poussant des réalisateur·trice·s de renom tel·le·s que Tobe Hooper, Martin Scorsese ou John Landis à s’essayer eux·elles aussi à ces œuvres audiovisuelles, créant ainsi des œuvres cultes. Voici une petite sélection de clips vidéo rendant hommage au cinéma de genre.

Top 7 des films de genre des années 60’s

À l’instar de films tels que Psycho d’Alfred Hitchcock ou encore Le Voyeur de Michael Power, tous deux sortis en 1960, les années soixante marquent un tournant dans le cinéma de genre. En incluant des sujets plus dramatiques et morbides pour en faire des œuvres plus expérimentales. Voici un petit top des films qui ont marqué cette décennie.

Star Trek et Politique : l’utopie progressiste de Gene Roddenberry

Au long des épisodes des différentes séries de cet univers de science-fiction, des dialogues d'une intelligence et d'une qualité rares trouvent alors leurs places dans un tourbillon d'événements galactiques parfois amusants, parfois dramatiques et toujours passionnants. Initiée par Gene Roddenberry, Star Trek met en scène un équipage d'un vaisseau spatial au sein d'un système politique universaliste et inclusif : la Fédération des Planètes Unies.

Horreur et Politique : EC Comics, à l’origine du mal

En 1968, alors que les États-Unis sont en train de vivre un tournant historique avec le mouvement de lutte pour les droits civiques, un certain George A. Romero réalise La Nuit des morts-vivants[1], un « petit film » tourné à Pittsburgh, loin de la puissante Hollywood et qui donne le premier rôle à un acteur afro-américain. Ainsi, quelques années après que le système des Studios, alors aux abois, s’est jeté pour pouvoir continuer à exister dans les bras d’une nouvelle génération de cinéastes abreuvé.e.s de films d’auteur.e.s européen.n.e.s[2], le cinéma d’horreur américain et avec lui tout le cinéma d’horreur mondial viennent d’entamer leur propre révolution. À partir de La Nuit des morts-vivants, le cinéma d’horreur américain sera beaucoup plus politique, engagé et sanglant. Et, un des points communs que partagent un grand nombre de ces cinéastes de films d'horreur[3] est celui d’avoir été des lect.eur.rice.s assidu.e.s des comic books[4] édités par EC Comics, l'éditeur américain de bandes dessinées connu mondialement pour avoir, au début des années 50, publié des récits mêlant horreur et discours social mais aussi pour être à l'origine de la série télévisée Les Contes de la Crypte.

Top 15 des films mettant en scène des choses tueuses improbables ou « dont on n’est pas trop sûr de ce que c’est »

Dans l’esprit tortueux et imaginatif des réalisateur.trice.s de films d’horreur, même la chose la plus improbable peut devenir un.e monstre.resse tueuse.r. Ainsi, après le top consacré aux objets possédés, voici un top sans classification et non exhaustif des films mettant en scène des choses tueuses les plus improbables ou « dont on n’est pas trop sûr de ce que c’est ».

La Nurse, une oeuvre dommageablement reniée par William Friedkin.

Après avoir connu le succès avec French Connection en 1971, l’Exorciste en 1973 ou encore Sorcerer en 1977, William Friedkin a connu une période creuse. Période s'éloignant même du genre horrifique. Il décide alors, à la fin des années 80, d'adapter, sans grande ambition, un roman de Dan Greenburg, La Nanny, datant de 1987. Le film fut un échec total à sa sortie et William Friedkin le reniera tout au long de sa carrière, mais peut-être plus à cause de cet échec qu'il a subi que par la qualité de son film.

La Révolution, l’Histoire zombifiée par Netflix

Après l'horrifique Marianne, Netflix nous offre un nouveau joyaux fantastique français : La Révolution de Aurélien Molas diffusé depuis 16 octobre 2020 sur la plateforme de streaming mondiale. Mélangeant faits historiques, ambiance fantastique, intrigues politiques et atmosphère cauchemardesque, la série met en scène des personnages romanesques et engagés, des costumes forts sympathiques, ainsi qu'une esthétique éthérée et fantasmagorique. La chronique contée dans La Révolution nous fait ainsi douter de ce qui est écrit dans les livres d'Histoire comme le dit l'adage bien connu "ce sont les vainqueurs qui réécrivent l'Histoire".

Top 10 des films ensorcelants

En ce mois d'Halloween quoi de mieux que de regarder un film de sorcière. En voici quelques uns du cinéma de genre qui témoignent de tout le mystère se cachant derrière l'art de la sorcellerie.

Je veux juste en finir, un conte cruel et allégorique sur le thème de la vieillesse et de ses regrets

Réalisé par Charlie Kaufman, Je veux juste en finir est un film horrifique et poignant ainsi qu'un drame psychologique qui ne manque pas d'originalité. La recette ? Une pincée de Split (M. Night Shyamalan, 2017), un zeste de The Visit (M. Night Shyamalan, 2015), un grain de Donnie Darko (Richard Kelly, 2001), une lichette de Midsommar (Ari Aster, 2019), un souffle de The Man from Earth (Richard Schenkman, 2007) et un poil de I Am the Pretty Thing That Lives in the House (Oz Perkins, 2016), et on n'obtient que 25% de la complexité de cette œuvre du scénariste d'Eternal Sunshine.

Top 7 des films « psychiques »

Télékinésie, télépathie, prémonitions, autant de pouvoirs psychiques qui intriguent bon nombre de cinéastes. Parmi les œuvres les plus connues on peut citer Shining de Stanley Kubrick en 1980, Carrie au Bal du Diable de Brian De Palma en 1976 ou Sixième Sens de M. Night Shyamalan en 1999. Mais d'autres petites pépites du cinéma de genre abordent ce thème. En voici une petite sélection.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑